Choisir une boussole

8 étapes pour bien choisir sa boussole

Lorsque l’on est orienteur, randonneur ou promeneur et que l’on veut éviter de se perdre dans la nature, il est important de pouvoir compter sur sa boussole. Avant de faire son choix, le mieux est de faire une petite checklist des caractéristiques souhaitées, avant de procéder au comparatif des différents produits.
L’intérêt d’avoir une bonne boussole est double : une boussole de qualité est capable d’indiquer le nord dans les conditions les plus extrêmes, ce qui est pratique quand on ne veut pas s’égarer comme le petit poucet ! Second intérêt, un bon instrument vous accompagnera partout et pourra se glisser dans vos poche sans vous surcharger. Il faut donc privilégier la fiabilité, la performance et la portabilité.
Voici les caractéristiques à vérifier pour avoir une bonne boussole :

1- Équilibre et stabilité de l’aiguille

Rien de plus casse-pieds qu’une aiguille mal équilibrée ! Certaines instrument de mauvaise qualité sont dotées d’une aiguille qui touche le fond du boitier lorsque la boussole n’est pas placée de manière parfaitement horizontale. Pas évident de garder sa boussole parfaitement droite lorsque l’on court en forêt ou lorsqu’on se balade !
Rien de plus horripilant qu’une aiguille qui soubresaute en permanence, ou pire, qui se bloque lorsque le boitier est penché.
Une aiguille équilibrée et stable est gage de fiabilité et de praticité. Il faut que cette dernière pointe puisse indiquer à tout moment la position du Nord, peu importe la position du boitier et des secousses qu’elle subit.
Bon à savoir : le bain d’huile des boussole rend l’aiguille beaucoup plus stable car celle-ci « flotte » et subit moins les influences extérieurs (chocs, basculements, vibrations,…), la solution oléagineuse faisant office de « tampon ».

2- Réglette de graduations

Outre la transparence, la présence d’une réglette graduée intégrée au boitier peut rendre bien des services, particulièrement quand on utilise une carte. Mieux vaut privilégier les instruments ayant des graduations compatibles avec les échelles les plus courantes 1:25 000 et 1:15000, ainsi qu’une une règle en centimètres ou millimètres.

3- Mobilité de la couronne

La couronne de la boussole est l’élément circulaire qui entoure le cadran. Il est primordial que cet élément soit mobile, cela permet en effet de faciliter l’orientation en pointant une direction particulière par rapport à l’aiguille du nord.
Astuce : mieux vaut privilégier une couronne mobile graduée en degré ou en grades.

4- La dragonne

Encore un détail qui peut avoir son importance dans le feu de l’action. Lorsque l’on crapahute dans la verte, que l’on franchit fossés, amas rocheux, talus, rivière, il est très facile de faire tomber votre instrument d’orientation. Attacher la boussole avec un cordon ou une dragonne vous permet d’éviter ce désagrément.
De plus, l’attache vous permet de lâcher votre boussole pour faire autre chose de vos mains : prendre une carte dans votre sac à dos, sortir votre gourde ou encore poinçonner à la borne de balisage si vous êtes orienteur.

5- L’ergonomie

Une bonne boussole se glisse aisément dans toutes les poches, se fait une place dans des endroits exiguës (sac à dos, trousse de toilette, tiroir à clés…) ou se porte au cou sans que l’on ai l’impression d’avoir une enclume contre sa poitrine !
C’est pour cela que les professionnels de la course d’orientation privilégient les instruments plats qui permettent en outre une bonne prise en main et qui se dégainent en un éclair, prêt à vous emmener à tout moment à l’autre bout du monde.

6- Utilisation de nuit

Les bonne boussole possède en général des petits points phosphorescents qui permettent de pouvoir les consulter dans toutes les conditions de luminosité. C’est particulièrement pratique quand la nuit est tombée et que l’on veut continuer à avancer sans lampe de poche, on arrive à distinguer les différents éléments qui brillent (aiguille, cadran, réglette…).

7- La transparence

C’est peut être un détail, mais une boussole transparente est bien plus pratique qu’un instrument opaque. Dans ce derniers cas, impossible de voir la carte au travers !
Pratique : le présence d’une loupe améliore fortement la lisibilité des cartes ! Particulièrement dans les zones où il y a une profusion de détails et d’informations à décrypter et que les indications sont écrites microscopiquement (type carte de l’IGN http://www.ign.fr/).

8- Le matériau du boîtier

En général un peu moins cher que les boussoles en métal, les instruments en plastique peuvent offrir une meilleure résistance sur le long-terme et peuvent être maltraités, faire de cours séjour dans l’eau salée, ou être utilisés dans des conditions extrêmes sans subir de dommages graves. Ils sont certes, moins beaux et « ouvragés » qu’une boussole en métal mais avec eux, pas de risque de rouille du boitier ou des petits éléments de la charnière. Il est donc important de choisir un boîtier fait d’un matériaux solide et léger, ce qui est important quant on doit faire une C.O. tous azimuts !
Désormais, vous avez tous les éléments en main pour faire votre choix, même s’il est parfois difficile de sélectionner une boussole en passant par internet. Les professionnels que nous avons interrogés privilégient la marque SILVA ou RECTA, synonyme de fiabilité et de qualité.